December 10, 2016

Campaign coordinator Khaled Barakat in Berlin: Liberate prisoners, reclaim the Palestinian revolution

ak1

Khaled Barakat, coordinator of the Campaign to Free Ahmad Sa’adat, spoke at the 66th anniversary commemoration of the Nakba in Berlin, Germany on May 16, 2014, calling for the liberation of Palestinian prisoners and mobilization of the Palestinian community to revive the political path of the Palestinian revolution.

ak2The event, organized by the Palestinian National Action Commission in Berlin, drew participation from Palestinian elders, youth, students, Arab organizers and solidarity activists in Germany’s capital, home to the largest Palestinian community in Europe.

Presenters at the event included a representative of the National Action Commission, who presented a political overview of the event; Norma Khouri, speaking on behalf of BDS-Berlin, regarding the importance of building the boycott campaign against Israeli products and corporations that support Israel as a popular movement to support the Palestinian people; Kholoud Daibes, Palestinian Ambassador to Germany; and Khaled Barakat from the Campaign.

The event also included Palestinian song, poetry and the presentation of a documentary film about the history of the Nakba and the Palestinian struggle for the right to return.

A full video of the event may be seen at: https://www.youtube.com/watch?v=PDtoEJTFwoU (Video by Abed Khattar).

Khaled Barakat’s address may be seen below (Arabic, with English subtitles):

The text of Khaled Barakat’s speech follows: (French text)

To begin, I salute the members of the Palestinian National Action Commission and their supporters for organizing this national event and for the invitation to participate with you today.

Please allow me to salute on your behalf, before anything, the two martyrs who fell yesterday in the homeland, Nadeem Siyam Nuwarra and Mohammed Odeh Abu Thaher. And also to salute this great steadfastness, this great Palestinian struggle that the Palestinian prisoners’ movement in Israeli jails has been engaged for the past 23 days. We salute the heroic prisoners, and the leaders Ahmad Sa’adat and Marwan Barghouti and all of the leaders of the Palestinian Prisoners’ movement.

Brothers and sisters, comrades, Our Palestinian people have fought like none other, and have paid a dear price for freedom and to achieve their aspirations and goals. It is correct to say that the Palestinian Nakba, what is known as the Nakba, has been continuing for the past 66 years. But long before that, the Palestinian people were in confrontation since the beginning of the last century with the racist camp of the imperialists and Zionists, that has all of the power, money, empire, weapons, and killing machines.

In spite of all this, the Palestinian people have remained steadfast, fighting in the forefront of the Arab nation, have not been broken, have not despaired, and have not given away their rights. They have spent on this road the sacrifices of their sons and daughters, the most precious thing they possess. And we all know this fact, that every time the Palestinian people have carried weapons and stand up and revolt when others thought they have surrendered and died. Every time, our people rise in revolution and intifada that shakes the world. Our people have proven this in all of the stages of their struggle in confronting this racist brutal entity.

The truth that we must say today, after 66 years of the occupation of Palestine, is that our people today still live under occupation, exile, diaspora and siege. The siege is the primary manifestation of the current condition of our people.

The siege on Gaza: I was in Gaza, and I know our people’s conditions. I have been in all of the refugee camps in Gaza, I have been in the tunnels, I witnessed the conditions of our people in Gaza. Despite any political dispute with any organization: Why is Gaza under siege? Why are our people under siege? Israel is placing this siege on Gaza. Why the Arab siege on Gaza? Don’t we have the right to ask this question?

Why are the official laws of Lebanon besieging the Palestinian people in Lebanon? I just arrived from Lebanon. There is a status of siege against our people everywhere. Our people are living under siege in Syria, particularly in Yarmouk camp. They are under siege in occupied Palestine 1948, facing the Judaization, Israelization of the land, strangling our people, stealing everything including the heritage and the language.

This siege, the continuing siege: the enemy camp is responsible for this siege, but we must tell the truth, away from all deception and lies and what we hear on the screens of satellite channels. We must ask about the Palestinian and Arab official responsibility for the siege. What is our responsibility, us?

We have the right to stand with courage in front of this very sorrowful and difficult question and search for responsibility and truly examine this moment.

I am discussing this Palestinian leadership that is living this division for over 7 years without shame. Our people are drowning in seas and oceans and these Arab and Palestinian leaders are lying. I know that our people do not believe those who stand behind microphones and appear on satellite channels. They do not believe anyone. Our people have lost faith in all of these defeated leaders. Is this not the truth? Is this the revolution of Kamal ‘Udwan, Ghassan Kanafani, Wadie Haddad and George Habash?

If we want to be faithful to the blood and sacrifices of the martyrs: is this why Izzedine al-Qassam and his comrades fought in Yabud (Jenin)? Did they fight for an authority, or a state? Is this what Abdelqader al-Husseini and his comrades fought for in al-Qastal? For an authority? Is this what the Fedayeen fought for – an Authority? They have set out the path with their blood.

This conflict with the enemy is one of existence and not a conflict of borders and for a state. What do we gain as Palestinian people if Israel concedes a state in the West Bank and Gaza? And they will not do so. But what if they did? Do you see what is happening in the West Bank now? We must be truthful to ourselves – nearly half is controlled by settlements. I am not saying this to discourage you or to score a point. I am saying these words to tell the truth and nothing but the truth. As Ghassan Kanafani said, the truth, all truth to the masses.

How far are we today from the logic of the Fedayeen? How far are we today from weapons, from revolutionary thinking, from national unity? These thoughts, these ideas – today they sound strange, and those who speak of it sound strange, or as if they are coming from a different place.

Because the siege conditions have pushed our people’s expectations into the lowest level. The Palestinian cause has been diminished because we have been driven away from this revolutionary road set out by these great heroes and leaders.

Today we remember that here in Europe we did have great leaders, martyrs, who carried pens and books and not weapons. Some of them did not even know how to use a gun, but they fought with their free words, their revolutionary and national culture. They were not distant from their people. They established international solidarity movements, the movement to support the Palestinian revolution. And they carried their pens to support armed struggle.

They explained the cause to the world through art, literature, and translation. They were not separated from the revolution, or from the refugees. They organized European popular contingents to support our people in their homeland and in exile. And they were followed by the Zionist movement and the Mossad who killed them and the best of our sons in Europe. Today we remember: Mahmoud al-Hamshari, Naim Khader, Izzedine Qallaq, Majed Abu Sharar and Basil Qubaissi and all of those martyrs who fell in Europe defending our people and our cause. And we tell them – we will not forget and we will not forgive.

National unity of the Palestinian people: today we raise this slogan which has been diminished into the so-called reconciliation as if national unity means a reconciliation between two tribes. Real Palestinian national unity will not happen without recognizing that the Palestinian people are the reference of all references. And no voice is above the Palestinian people’s voice. National unity: when it happens, refugee camps will smile and our people will celebrate.

National unity can be achieved first and foremost through popular determination. And it will be achieved by the decision of the Palestinian people and not by dialogue between two factions, or more than two factions.

Today, the Palestinian official organization, represented by the Palestine Liberation Organization, needs to be rebuilt from top to bottom, from beginning to end. Can anyone convince us that our people cannot elect their own representatives in a democratic method for the Palestinian National Council? Why is the PNC non-functional? Why can’t we elect our representatives in a meaningful and democratic manner?

They stole our popular organizations and destroyed them. They stole from us. Where is the General Union of Palestinian Students? Where is the General Union of Palestinian Workers? Where are these popular organizations that used to work tirelessly for our people and our cause? They destroyed them! And they stole the Palestinian national decision and now it is being orchestrated by a few people in Ramallah.

This is the truth that must be told. Today our message to all Palestinian embassies is not to be away from the people. All of the enemy embassies were mobilized in their totality for Shalit [captured occupation soldier]. Where are our embassies in their work for our cause and for the Palestinian prisoners? Where are our enemies in confronting the Zionist enemy and defending Palestinian prisoners? Where are the missions of the PLO that were established by the refugees? This organization [the PLO] was established by the refugees, by their own blood, sweat, and money. And the refugee camps will regain, re-establish this organization.

There is no way that the PLO decision will be hijacked by a handful of people. We must tell the truth and nothing but the truth. We know that there are ambassadors that are playing a positive role and engaging in important work, but this is not a unified policy, this is not a strategy. Frankly, we do not have a Palestinian strategy and we must have a Palestinian united strategy.

It is the right of a Palestinian refugee in Lebanon to care about Haifa, to know about the prisoners, and to understand about the conditions of the refugees everyywhere. Our people in Jordan have the right to participate. They need to have a role and a voice and not to be excluded. Our people in Syria have the right to know about everything related to our cause. These are the rights of our people. This is the cause of our people.

But whenever events happen, what we hear is: stay away from this. We don’t want to interfere in internal Arab conflicts, but is it not my right as a Palestinian to express my views, to choose who represents me? Isn’t it my right as a Palestinian to express a position, to have a place? Is it not our people who have paid the price in blood in the past and continue to do so? So why are they confiscating our decision and our national resolution?

Every Palestinian man is responsible. Every Palestinian woman is responsible…to regain our unions, our organizations. Our people have so much potential and power. Enough to start a new revolution. We have tens of thousands of Palestinian doctors. Tens of thousands of engineers, and scientists.

Tens of thousands of Palestinian strengths. But these strengths are being suppressed intentionally. And this must not continue. We need to tell the truth, all the truth, to our people.

And finally, Palestine will not travel, and will not migrate anywhere. Palestine will not fly. Palestine remains since its creation on earth. Our people have lived for thousands of years, built their civilization, their culture, their memory and their heritage.

How many armies, horses, empires have passed on our land? Our people emerged victorious and our nation always rises again and liberates Jerusalem. This racist entity, my brothers and sisters, will vanish to the garbage of history and our people will rise across this bridge of pain and reach their homeland as liberators, not negotiators.

Long live you, long live Palestine, and victory is inevitable.

**

Pour commencer, je salue les membres de la Commission d’Action Nationale Palestinienne et leurs partisans pour l’organisation de cet événement national et pour l’invitation à participer avec vous aujourd’hui.

Permettez-moi s”il vous plaît de saluer en votre nom, avant toute chose, les deux martyrs qui sont tombés hier dans la patrie, Nadeem Siyam Nuwarra et Mohammed Odeh Abou Thaher. Et aussi de saluer cette grande ténacité, ce grand combat palestinien dans leuel le mouvement des prisonniers palestiniens dans les prisons israéliennes s’est engagé depuis 23 jours. Nous saluons les prisonniers héroïques et les dirigeants Ahmad Sa’adat et Marwan Barghouti et tous les dirigeants du mouvement des prisonniers palestiniens.

Frères et soeurs, camarades, notre peuple palestinien s’est battu comme aucun autre peuple  et a payé un prix cher pour la liberté et la réalisation de sess aspirations et ses objectifs. Il est exact de dire que la Nakba palestinienne, ce qui est connu comme la Nakba, se poursuit depuis 66 ans. Mais longtemps avant cela, le peuple palestinien a été en confrontation depuis le début du siècle dernier avec le camp raciste des impérialistes et sionistes, qui a la totalité du pouvoir, l’empire, l’argent, les armes, et les machines à tuer.

Malgré tout, le peuple palestinien est restés inébranlable, combattant à l’avant-garde de la nation arabe, il n’a pas été brisé, il n’a pas désespéré et il n’a pas abandonné ses droits. Il a payé sur cette route des sacrifices de ses fils et de ses filles, le bien le plus précieux qu’il possède. Et nous savons tous ce fait, que chaque fois le peuple palestinien a pris les armes et s’est dressé et s’est révolté quand d’autres pensaient qu’il s’était rendu et était mort. A chaque fois, notre peuple se dresse pour la révolution et l’intifada qui secoue le monde. Notre peuple a  prouvé cela à toutes les étapes de sa lutte pour faire face à cette entité raciste brutale.

La vérité que nous devons dire aujourd’hui, après 66 ans d’occupation de la Palestine, , c’est que notre peuple aujourd’hui vivre encore sous l’occupation, l’exil, la diaspora et le siège. Le siège est la principale manifestation de l’état actuel de notre peuple.

Le siège de Gaza : j’ai été à Gaza, et je connais les conditions de notre peuple. J’ai été dans tous les camps de réfugiés à Gaza, j’ai été dans les tunnels, j’ai pu constater les conditions de notre peuple à Gaza. Malgré tout différend politique avec toute organisation : Pourquoi Gaza est elle assiégée ? Pourquoi les nôtres sont-ils en état de siège ? Israël a imposé ce siège sur Gaza. Pourquoi le siège arabe à Gaza ? N’avons-nous pas le droit de poser cette question ?

Pourquoi les lois officielles du Liban qui assiègent le peuple palestinien au Liban ? Je viens d’arriver du Liban. Il y a un statut de siège contre notre peuple partout. Notre peuple vit en état de siège en Syrie, en particulier dans le camp de Yarmouk. Il est en état de siège dans la Palestine occupée de 1948, face à la judaïsation, à l’israélisation de la terre, étranglant notre peuple, volant  tout, y compris le patrimoine et la langue.

Ce siège, le siège continu : le camp ennemi est responsable de ce siège, mais nous devons dire la vérité, loin de toute tromperie et mensonge et ce que nous entendons sur les écrans des chaînes satellites. Nous devons poser la question de la responsabilité des responsables’officiels palestiniens et arabes pour le siège. Quelle est notre responsabilité, à nous ?

Nous avons le droit d’être courageux devant cette question très douloureuse et difficile et de rechercher la responsabilité et d’examiner vraiment ce moment.

Je discute de cette direction palestinienne qui vit cette division depuis plus de 7 ans sans honte. Les nôtres se noient dans les mers et dans les océans et ces dirigeants arabes et palestiniens sont couchés. Je sais que les Palestiniens ne croient pas ceux qui se tiennent derrière les micros et apparaissent sur les chaînes satellites. Ils ne croient pas n’importe qui. Notre peuple a perdu confiance dans tous ces chefs vaincus. N’est-ce pas la vérité ? Est-ce cela la révolution de Kamal ‘ Udwan, de Ghassan Kanafani, de Wadie Haddad et de George Habash ?

Si nous voulons être fidèles au sang et aux sacrifices des martyrs : est-ce là pourquoi Izzedine al-Qassam et ses camarades se sont battus à Yabud (Djénine) ?  Se sont-Ils battus pour une autorité ou un État ? Est-ce pour cela  qu’ Abdelqader al-Husseini et ses camarades se sont battus à al-Qastal ? Pour une Autorité ? Est-ce pour cela  que les Fedayin se sont battus – pour une  Autorité ? Ils ont tracé le chemin avec leur sang.

Ce conflit avec l’ennemi est un conflit d’existence et non un conflit de frontières et pour un État. Que gagnons – nous en tant que peuple palestinien si Israël reconnaît un Etat en Cisjordanie et à Gaza ? Et ils ne le feront pas. Mais  s’ ils l’avaient fait ? Voyez-vous ce qui se passe maintenant en Cisjordanie ? Nous devons être sincères envers nous-mêmes – près de la moitié est contrôlée par les colonies. Je ne dis pas cela pour vous décourager ou pour marquer un point. Je dis ces mots pour dire la vérité et rien que la vérité. Comme disait Ghassan Kanafani, la vérité, toute la vérité aux masses.

Combien sommes-nous loin aujourd’hui de la logique de la Fedayin ? Combien sommes-nous loin aujourd’hui des armes, de la pensée révolutionnaire, de l’unité nationale ? Ces pensées, ces idées – aujourd’hui ils semblent étranges, et ceux qui en parlent semblent étranges, ou comme si elles provenaient d’un endroit différent.

Parce que les conditions du siège ont fait baisser les attentes de notre peuple au niveau le plus bas. La cause palestinienne a été amoindrie, parce que nous avons été chassés de cette route révolutionnaire énoncée par ces grands héros et dirigeants.

Aujourd’hui nous n’oublions pas qu’ici en Europe, nous avons eu de grands leaders, des martyrs, qui ont eu des stylos et des livres et pas d’armes. Certains d’entre eux ne savaient même pas comment se servir d’une arme à feu, mais ils se sont battus avec leurs mots libres, leur culture révolutionnaire et nationale. Ils n’étaient pas éloignés de leur peuple. Ils ont établi des mouvements de solidarité internationale, le mouvement pour soutenir la révolution palestinienne. Et ils avaient leurs stylos pour soutenir la lutte armée.

Ils ont expliqué la cause au monde à travers l’art, la littérature et la traduction. Ils n’étaient pas séparés de la révolution, ni des réfugiés. Ils ont organisé des contingents européens populaires pour soutenir notre peuple dans leur pays d’origine et en exil. Et ils étaient suivis par le mouvement sioniste et le Mossad qui les tuaient eux et les meilleurs de nos fils en Europe. Aujourd’hui nous nous souvenons : Mahmoud al-Hamshari, Naim Khader, Izzedine Qallaq, Majed Abu Sharar et Basil Qubaissi et tous les martyrs qui sont tombés en Europe pour défendre notre peuple et notre cause. Et nous leur disons : nous n’oublierons pas et nous ne pardonnerons pas.

L’unité nationale du peuple palestinien : aujourd’hui nous soulevons ce mot d’ordre qui a été amoindri dans la soi-disant réconciliation comme si l’unité nationale signifiait une réconciliation entre deux tribus. L’unité nationale palestinienne véritable ne se ne fera pas sans qu’il soit reconnu que le peuple palestinien est la référence de toutes les références. Et qu’aucune voix n’est au-dessus de la voix du peuple palestinien. L’unité nationale : quand elle sera là, les camps de réfugiés souriront et notre peuple fera la fête.

L’unité nationale peut être réalisée avant tout par la volonté populaire. Et elle sera réalisée par la décision du peuple palestinien et non par le dialogue entre deux factions, ou plus de deux factions.

Aujourd’hui, l’organisation palestinienne officielle, représentée par l’Organisation de Libération de la Palestine, doit être reconstruite de haut en bas, du début à la fin. Quelqu’un peut-il nous convaincre que notre peuple ne peut pas élire ses propres représentants par une méthode démocratique pour le Conseil National Palestinien ? Pourquoi le CNP ne fonctionne-t’il pas ? Pourquoi ne pouvons- nous pas élire nos représentants de manière significative et démocratique ?

Ils ont volé nos organisations populaires et les ont détruites. Ils nous les ont volées à nous. Où est l’Union Générale des Etudiants Palestiniens ? Où est l’Union Générale des Travailleurs Palestiniens ? Où sont ces organisations populaires qui savaient travailler sans relâche pour notre peuple et notre cause ? Ils les ont détruites ! Et ils ont volé la prise de décision nationale palestinienne et maintenant elle est orchestrée par quelques personnes à Ramallah.

C’est là la vérité qui doit être dite. Aujourd’hui, notre message à toutes les ambassades palestiniennes est de ne pas s’éloigner du peuple. Toutes les ambassades ennemies se sont mobilisées dans leur totalité pour Shalit [soldat occupant capturé]. Où sont nos ambassades dans leur travail pour notre cause et pour les prisonniers palestiniens ? Où sont nos ennemis dans l’affrontement avec l’ennemi sioniste et la défense des prisonniers palestiniens ? Où sont les missions de l’OLP qui ont été mises en place par les réfugiés ? Cette organisation [l’OLP] a été mise en place par les réfugiés, par leur propre sang, leur propre sueur et leur propre argent. Et les camps de réfugiés vont regagner, rétablir cette organisation.

En aucune façon la décision de l’OLP ne doit être prise en otage par une poignée de personnes. Nous devons dire la vérité et rien que la vérité. Nous savons qu’il y a les ambassadeurs qui jouent un rôle positif et s’engagent dans un travail important, mais ce n’est pas une politique unifiée, ce n’est pas une stratégie. Franchement, nous n’avons pas une stratégie palestinienne et nous devons avoir une stratégie unifiée palestinienne.

C’est le droit d’un réfugié palestinien au Liban de se soucier d’ Haïfa, de savoir ce qu’il en est des prisonniers et de comprendre les conditions des réfugiés de partout. Notre population en Jordanie a le droit de participer. Elle doit avoir un rôle et une voix et ne pas être exclue. Notre population en Syrie a le droit de connaître tout ce qui touche à notre cause. Ce sont les droits de notre peuple. C’est la cause de notre peuple.

Mais chaque fois que des événements se produisent, ce que nous entendons est : restez loin de cela. Nous ne voulons pas nous immiscer dans les conflits internes arabes, mais n’est-ce pas mon droit en tant que Palestinien d’ exprimer mon point de vue, de choisir qui me représente ? N’est-ce pas mon droit en tant que Palestinien d’exprimer une position, d avoir une place ? N’est-ce pas notre peuple qui a payé le prix avec du sang par le passé et qui continue à le faire ? Alors pourquoi confisquent-ils notre décision et notre résolution nationale ?

Tout Palestinien est responsable. Toute Palestinienne est responsable… de reconquérir nos syndicats, nos organisations. Notre peuple a tellement de potentiel et de pouvoir. Suffisamment pour commencer une nouvelle révolution. Nous avons des dizaines de milliers de médecins palestiniens. Des dizaines de milliers d’ingénieurs et de scientifiques.

Des dizaines de milliers de forces palestiniennes. Mais ces forces sont en train d’être supprimées intentionnellement. Et cela ne doit pas continuer. Nous devons dire la vérité, toute la vérité, à notre peuple.

Et enfin, la Palestine ne partira pas et ne migrera nulle part. La Palestine ne fuira pas. La Palestine demeure depuis sa création sur la terre. Notre peuple a vécu pendant des milliers d’années, il a construit sa civilisation, sa culture, sa mémoire et son patrimoine.

Combien d’armées, de d’chevaux, empires sont passés sur notre terre ? Notre peuple est sorti victorieux et notre nation toujours renaît et libère Jérusalem. Cette entité raciste, mes frères et sours, disparaîtra dans la poubelle de l’histoire et de notre peuple se lèvera pour traverser ce pont de douleur et accèdera à sa patrie en libérateur, pas en négociateur.

Longue vie à vous, longue vie à la Palestine, et la victoire est inévitable.