December 3, 2016

Francais: Neuf ans après l’attaque de Jéricho: liberté pour Ahmad Sa’adat et tous les prisonniers palestiniens!

freeesaaadat

Traduction en Francais:

Le 14 mars 2015 marque le neuvième anniversaire du siège, de l’agression et l’invasion de la prison de Jéricho et de l’enlèvement d’Ahmad Sa’adat, leader national palestinien et le Secrétaire général du Front Populaire pour la Libération de la Palestine, ses camarades Ahed Abu Ghoulmeh , Majdi Rimawi, Basel al-Asmar et Hamdi Qur’an et responsable palestinien de longue date Fouad Shobaki, par les forces d’occupation israéliennes.

L’attaque contre la prison de Jéricho – par les bulldozers et les tanks israéliens – a détruit la structure de la prison elle-même, alors que les forces d’occupation ont tué deux Palestiniens,en ont blessé vingt-trois de plus, et enlevé les prisonniers politiques. Les prisonniers politiques de la prison de l’Autorité palestinienne étaient détenus sous la garde des États-Unis et la garde britannique depuis 2002, une condition de l’accord entre la direction de l’Autorité Palestinienne, l’occupant israélien, les États-Unis et la Grande-Bretagne qui a permis leur transfèrement à la prison de Jéricho sous l’autorité du président Yasser Arafat . Cependant, les gardes américains et britanniques ont quitté leur poste peu de temps avant l’attaque israélienne, indiquant clairement qu’ils ne étaient jamais là pour protéger ou assurer la sécurité des prisonniers, mais simplement pour servir les intérêts de l’occupant, dont l’attaque armée a été conduite avec les dernières armes lourdes far briquées et fournies par les États-Unis.

Les gardes américains et britanniques (dont certains avaient déjà servi en tant que gardes coloniaux pour l’emprisonnement des détenus irlandais du mouvement de libération irlandaise) ont justifié leur invitation à l’assaut militaire sioniste en affirmant que la majorité nouvellement élu du Conseil législatif palestinien lors des élections de 2006 s’était engagée à mettre en œuvre la loi palestinienne et à libérer les prisonniers palestiniens détenus par l’Autorité palestinienne à la demande d’Israël, des États-Unis et de la Grande-Bretagne. Le siège et l’attaque sur Jéricho a eu lieu de façon concomitante avec le siège de Gaza mis en œuvre en 2006, déterminés à réprimer et intensifier la guerre contre la résistance palestinienne dans tous ses aspects politiques, par tous les moyens.

Aujourd’hui, Sa’adat et ses camarades sont parmi les 6000 prisonniers politiques palestiniens dans les prisons israéliennes, luttant pour leur liberté. Sa’adat – qui a été isolé pendant trois ans jusqu’à la grève de la faim de masse 2012 le sorte de l’isolement pour retourner au sein de la population carcérale générale – est condamné à 30 ans de prison pour «incitation» et occupation d’un emploi dans une « organisation hostile » – le terme utilisée par l’occupant pour criminaliser tous les partis politiques palestiniens, le mouvement de résistance, y compris les étudiants, les femmes et les organisations du travail.

Il faut noter que, tout comme les prisonniers politiques palestiniens se tiennent sur les lignes de front de la lutte de libération de la Palestine, ils affrontent toutes les forces qui répriment le peuple palestinien et sa cause: les régimes réactionnaires, l’Autorité palestinienne (qui s’engage dans la coordination de la sécurité avec le occupant), et à l’avant-garde, l’impérialisme et le sionisme. Les agences de renseignement et les services de sécurité de puissances impérialistes travaillent main dans la main avec l’Etat sioniste et ses agences de renseignement pour supprimer l’organisation pour la libération palestinienne. Ahmad Sa’adat s’est heurté exactement cette convergence de forces: arrêté en 2002 par l’Autorité palestinienne sous les ordres israéliens; transféré à Jéricho, la prison de l’AP, sous la garde des États-Unis et la Colombie; puis enlevé par les forces d’occupation israéliennes lors d’un raid militaire brutal.

La coordination de la sécurité entre l’Autorité Palestinienne et Israël – se traduisant par des arrestations politiques et de la répression de la résistance – est une arme particulièrement dangereuse et dommageable contre la cause palestinienne, comme on le voit ici, à la responsabilité de l’Autorité palestinienne pour l’emprisonnement de Sa’adat et de ses camarades. Ce cas souligne également la responsabilité des États-Unis et de la Grande-Bretagne et leur implication coloniale et impérialiste historique et actuelle en Palestine et dans l’emprisonnement et l’assassinat de dirigeants et combattants palestiniens. La responsabilité de la Grande-Bretagne dans le soutien, l’activation et l’armement du mouvement sioniste dans sa propre colonisation de la Palestine – et de ses commandements militaires imposant la détention administrative, les démolitions de maisons et les exécutions des prisonniers palestiniens – doivent être mis en évidence de façon très claire.

Cette année, l’anniversaire de l’assaut Jéricho vient dans la période qui précédé par une nouvelle campagne électorale sioniste basée sur une compétition sur laquelle des partis peut plus efficacement supporter le processus de colonisation, l’ordre du jour exterminationniste contre le peuple palestinien, y compris les menaces d’exécuter des prisonniers politiques palestiniens. En 2006, Ehud Olmert a renforcé la campagne pour sa réélection (et celle de Kadima) à l’aide du sang des Palestiniens à Jéricho et l’emprisonnement de Ahmad Sa’adat et de ses camarades. Les élections israéliennes ont toujours été et continuent d’être des menaces au peuple palestinien – car tous les partis sionistes se disputent le pouvoir.

Aujourd’hui, pour le neuvième anniversaire de l’attaque contre la prison de Jéricho et l’enlèvement de Sa’adat et ses camarades, nous réitérons notre appel à la liberté pour tous les prisonniers du sionisme et de l’impérialisme. Cela comprend non seulement Sa’adat et de ses camarades, et tous les prisonniers palestiniens et arabes dans les prisons israéliennes, mais aussi les vaillants prisonniers à travers le monde, emprisonnés et persécutés pour leur soutien de la Palestine – comme Georges Ibrahim Abdallah, emprisonnés dans les prisons françaises depuis plus de 30 ans; Rasmea Odeh, un ancien prisonnier politique palestinien et rescapé de torture devant maintenant faire face à l’emprisonnement et la déportation aux États-Unis; The Holy Land Five, emprisonnés aux États-Unis depuis des décennies-longues peines de soutien financier aux organismes de bienfaisance palestiniennes. Il comprend également tous les prisonniers emprisonnés à travers le monde pour leur leadership et leur implication dans la lutte de leur propre peuple pour la libération: prisonniers de la libération noire, portoricaine, colombienne et les mouvements autochtones; prisonniers politiques aux Philippines emprisonnés pour leur lutte contre l’impérialisme et l’exploitation; prisonniers en Colombie qui ont résisté à l’impérialisme américain; prisonniers politiques du mouvement basque; prisonniers révolutionnaires en Grèce et en Turquie; et d’innombrables autres.

Cet anniversaire est un rappel et un appel à l’action: à intensifier nos efforts pour organiser la lutte à l’échelle internationale pour la libération des prisonniers politiques palestiniens, et pour la cause pour laquelle ils sont emprisonnés: le retour des réfugiés palestiniens, la liberté de la terre palestinienne et personnes, la libération de la Palestine. Les mots de Ahmad Sa’adat sont une source d’inspiration et appellent à la lutte pour abattre les nombreuses prisons de l’apartheid, l’occupation et le colonialisme:

«Notre vision et la stratégie, comme le Front populaire, pour résoudre le conflit en Palestine, est le démantèlement du projet colonial sioniste raciste et la construction d’un État démocratique, un État sur l’ensemble du territoire de la Palestine, régie par un système démocratique qui rejette tout les formes de discrimination sur la base de la couleur, la race, la nationalité ou la religion et construit les relations entre les habitants de la Palestine, les Arabes et les Juifs, sur la base de la citoyenneté et de l’égalité des droits et des responsabilités “